La ville de Junia, sinistre poudrière, ce port est le dernier bastion de la civilisation sur ce continent sauvage avant Port-Péril, plus célèbre forteresse pirate de tous les temps.

La ville elle-même donne l'impression à qui ne fais que passer que le commerce y est florissant, mais en réalité, celui-ci est dopé par les aventuriers de passages et les nombreux pirates qui viennent y faire commerce sous couvert d'anonymat. La population locale est tout juste au seuil inférieur du travailleur pauvre. Ceux-ci crèvent de misère au milieux d'articles sans prix destinés à des aventuriers richissimes, des pirates de passage, des nobles en quête de dépaysement ou des personnes venues s'encanailler.

Le Grand Vizir Jafar tiens la cité d'une main de fer sans le moindre gant de velours. Le Sultan n'est qu'un jeune adolescent passionné de jardinage qui lui mange dans la main. La quasi-totalité des gardes sont des aventuriers de passage séduit par l'or rapide que permet de faire le salaire de garde et n'ont aucune attache à la cité même. Qui plus est, certaines des plus capables unités de mercenaire dont dispose Jafar sont connue pour être parmi les plus dénuées de pitié du monde connu.

Il est en plus de cela secondé par Iago, son fidèle et cruel capitaine de la garde dont la réputation de tueur émérite n'est plus à faire. Assassin de masse, craint par ses hommes, haï par ses ennemis, l'homme trouve cependant le moyen de conserver toujours un éternel sourire moqueur. Comme s'il savait quelque chose que tout le monde ignore.